Vers le dôme des Ecrins – 25 Juillet 2015

 

 

On aime à raconter les randonnées qui se terminent victorieusement au sommet sous un ciel bleu avec quelques nuages mais les autres qui se terminent par un demi-tour sous l’orage ou dans un brouillard épais ont aussi leur intérêt.

Donc, vendredi 24 vers les 10h du matin, je me retrouve avec mon ami Christian, sur le pré de Madame Carle en partance pour le refuge des Ecrins. Le temps est plutôt beau avec quelques nuages et nous marchons en direction du glacier blanc. On parle du recul des glaciers et en particulier du glacier blanc que Christian a connu descendant beaucoup plus bas. Quant à moi qui le découvre, je le trouve très beau avec dans sa chute finale des séracs impressionnants qui se bousculent.

Petit arrêt au refuge du glacier blanc et échange avec des Allemands qui nous disent que la rimaye finale est devenue très sportive ces derniers temps, nécessitant de se hisser avec des piolets techniques qui font un angle aigu entre la lame et le manche pour se hisser de l’autre côté.

Au bout d’un moment, nous marchons sur le glacier qui a des couleurs sombres plus que blanches dans sa partie basse et présente des crevasses spectaculaires.

L’accueil au refuge des Ecrins sur un promontoire offrant de belles vues sur le glacier est chaleureux et le lever le lendemain est fixé à 3 h.

Après un petit déjeuner et une nuit sans trop dormir, nous descendons vers le glacier. Nous avons à peine le temps de mettre nos crampons et de nous encorder qu’une pluie glacée se met à tomber avec des coups de tonnerre qui éclairent la nuit. Nous avançons sous la pluie dans une ambiance morose d’autant plus que je me suis habillé léger suite à la canicule des derniers jours et je sens le froid à travers mon pantalon trempé.

Enfin la pluie se calme quand la pente du glacier se redresse. Le plafond est bas et le brouillard monte derrière nous.

 

 

 

IMG_1512.JPG

IMG_1522.JPG

IMG_1527.JPG

Le Pré de Madame Carle

Séracs à la base du glacier

Le Pelvoux vu du glacier blanc (plutôt noir à cet endroit)

 

Nous nous élevons régulièrement passant au dessus du col des Ecrins et nous ralentissons alors que la pente se redresse et glissons de temps en temps sur la neige. Finalement, vu que le ciel ne se dégage pas, nous décidons de faire demi-tour. Nous croisons une cordée qui descend et nous dit qu’ils ont renoncé parce qu’un pont de neige s’est écroulé un peu au dessus. Le vent se lève avec un peu de grésil et nous sommes contents un peu plus bas de sentir les températures remonter.

.

IMG_1537.JPG

IMG_1542.JPG

IMG_1541.JPG

La barre des Ecrins au bout du glacier

Crevasse

Plafond bas quand le jour se lève

 

Finalement, c’était malgré le temps une belle ballade sur le glacier et comme nous nous sommes arrêtés à 400 m du sommet, nous sommes loin d’être épuisés à la descente.

En conclusion, il est clair que le jour avait été mal choisi du point de vue de la météo. On peut dire que le Dôme considéré comme un 4000 facile avec une dénivelée à partir du refuge des Ecrins raisonnable (autour de 1000 m.), comporte quand même des pentes avec une inclinaison soutenue demandant du souffle et une bonne technique de cramponnage.

 

Bernard Mitjavile

 

 

Retour à Activités

 

 

IMG_1539.JPG

 

Marche de retour sur le glacier