Grand Ferrand, Dévoluy, 16 Août 2018

 

La rando commence par une route forestière carrossable jusqu’au bout avec une voiture assez haute au dessus de La Chaup dans le Dévoluy, hameau près d’Aignères.

 

Ensuite, montée vers la cabane du clôt à côté du Chorum (gouffres que l’on trouve fréquemment dans le Dévoluy calcaire). On voit dans le gouffre le début d’un glacier souterrain qui se prolonge pendant quelques centaines de mètres et où on allait dans le passé chercher de la glace. C’est assez surprenant à cette altitude (moins de 2000 m.) mais relativement fréquent dans ce massif poreux avec toutes sortes de grottes et passages souterrains pour les spéléologues.

Nous basculons vers la vallée de Charnière jusqu’au col de Charnière. Belle vallée large, belles falaises, très hautes par endroit. La principale difficulté a été la rencontre avec des patous, chiens des Pyrénées utilisés contre les loups, qui n’ont cessé de nous menacer et d’aboyer le long du sentier sur plusieurs kilomètres avec même contact avec mes mollets (sans morsure). Nous sommes restés stoïques et silencieux devant leurs menaces. Nous avons rencontré un peu plus haut le berger dans sa cabane et je lui ai demandé de mieux tenir ses chiens. Il avait l’air complètement indifférent et n’a même pas daigné me répondre. Au col nous avons rencontré un randonneur qui avait un mollet saignant suite à une petite morsure.

Après le col traversée sur la droite d’un vallon herbeux jusqu’au premiers éboulis du Grand Ferrand dont le sommet est parfaitement visible le long du chemin. Le sentier évite autant qu’il peut les éboulis et finit par une coulée d’éboulis qui mène à une première cheminée où il faut s’aider des mains pour avancer. Heureusement que régulièrement des cairns nous confirment la direction à prendre et comment éviter les premières falaises. De nouveau une petite traversée d’éboulis puis on s’attaque au rocher proprement dit. Le rocher est bon, l’ascension est facile et aérienne. Bien sûr il faut faire attention aux endroits où l’on place les pieds car le vide se creuse en différents points.

L’inclinaison devient moins raide à l’approche du sommet et on arrive en marchant sur des herbes et de la pierraille. Belle vue sur la chaîne du Dévoluy, l’Obiou, le Pic de Bure, le Vercors (Mont Aiguille etc..) le lac du Sautet, quelques sommets des Ecrins et par temps clair, ce qui n’était pas le cas ce jour-ci, jusqu’à la chaîne du Mont Blanc.

Une belle randonnée mélangeant la marche facile, le rocher et des éboulis permettant de glisser ou galoper à la descente.

 

Bernard Mitjavile

 

 

 

P1010887.JPG

P1010891.JPG

La partie rocheuse de l’ascension

P1010873.JPG

P1010874.JPG

La vallée

Pierres au col de Charnière

P1010892.JPG

P1010890.JPG

Arrivée au sommet

Le cirque du Grand Ferrand